L'inarchivable de la création en résistance
search
  • L'inarchivable de la création en résistance

Histoire

L'inarchivable de la création en résistance

Format
Quantité

Paiement sécurisé

Livraison rapide

Retours possibles sous 14 jours

Ce premier volume centre son approche sur les archives périssables du militantisme artistique que nous avons intitulé « L’inarchivable en résistance ». Il s’agit de réfléchir à la façon dont l’archive interagit avec des contextes en tension, en période de troubles politiques, en temps de guerre ou de censure, mais aussi lorsque le média ne permet qu’un processus d’archive à la marge. Qu’est-ce qui fait archive dans ces conditions et, son corollaire, qu’est-ce qui fait œuvre ?
Maël Forlini questionne l’archive au regard de la mort et plus particulièrement dans des contextes de la pandémie de VIH ou dans l’univers carcéral. Que peut l’archive dans ces contextes extrêmes et que peut-elle faire de sources vocales et sonores qui sont par essence fragiles et évanescentes ? Raphaël Forment apporte une contribution sur le Hacking et le live coding au prisme de l’archive ou comment l’archive se renouvelle-t-elle en contact avec les nouveaux médias et la dématérialisation de certains aspects de la création. Alexandre Michaan propose d’expliquer la fabrication d’une archive a posteriori pour documenter les états d’une œuvre en devenir de par l’obsolescence de ses matériaux de constitution. Roberta Trapani aborde ainsi la mise en œuvre d’art et en patrimoine d’environnements singuliers et leur mise en archives dans des contextes de politiques territoriales parfois contradictoires. Enfin Maurane Charles fait de l’archive ou de l’inarchivable une question de terrain en investiguant un festival de littérature indépendante, entre marge et tentation d’institutionnalisation.
 Ces cinq contributions interrogent la transformation des processus de création en « objets patrimoniaux » et réfléchissent à la question de ce qu’il convient et de ce qu’il est possible de conserver sans altérer l’œuvre. Demeure-t-il un chemin alternatif entre une dimension institutionnelle revendiquée et les pièges de l’hyperpatrimonialisation actuelle ?

Fabrice Flahutez

Fabrice Flahutez est professeur d’histoire de l’art contemporain, spécialiste du surréalisme et des avant-gardes au XXe siècle, et directeur adjoint du laboratoire Études du contemporain en Littératures, lettres et arts (ECLLA).

En savoir plus sur Fabrice Flahutez

Louis Hincker

Louis Hincker est professeur d’histoire contemporaine, spécialiste de l’histoire politique et sociale du XIXe siècle à l’université de Clermont-Auvergne, et directeur du laboratoire Centre d’Histoire Espaces et Cultures (CHEC).

En savoir plus sur Louis Hincker

Marianne Jakobi

Marianne Jakobi est professeur d'histoire de l’art contemporain à l’Université Clermont Auvergne. Elle est spécialiste de l’histoire de l'art contemporain fin XIXe-XXIe siècles et en particulier des corpus Gauguin, Signac, Dubuffet et de la question historique et théorique de l’intitulation artistique. Ses recherches actuelles portent sur les relations entre art, littérature et édition, l’écriture dans la création artistique, et l’approche génétique de l’art.

En savoir plus sur Marianne Jakobi

Détails du produit

Auteur(s)
Fabrice Flahutez Louis Hincker Marianne Jakobi
Collection
Les Cahiers de l'inarchivable
Date de parution
26 septembre 2024
Format
18 x 24 cm
Reliure
Broché
ean13
9782383772873

Vous aimerez aussi